Quels sont vos réseaux sociaux favoris ? Facebook ? Instagram ? Twitter ? Les trois ?

Quels que soient nos âges, nous sommes tous utilisateurs des réseaux sociaux, ils sont devenus une extension de la vie réelle et rassemblent plusieurs milliards d’individus à travers le monde. Pourtant, ces médias ne sont pas éternels, comme les modes, comme les usages, ils vont et viennent, certains naissent quand d’autres disparaissent (Qui se souvient de Myspace ?). 

Les professionnels des réseaux sociaux sont les CM, les community manager (ou « animateurs de communauté »). Leur tâche est d’animer et de fédérer des communautés sur Internet, pour le compte d’organisations ou de personnalités. Le Blog du modérateur a effectué un sondage auprès de 1 241 community managers français pour dresser un état des lieux de l’utilisation des réseaux sociaux par les entreprises. Les résultats révèlent les tendances actuelles de la communication des marques, certains sont assez surprenants… 

Facebook toujours au top, Instagram en vogue

Sans surprise, le classement des réseaux sociaux les plus utilisés par les entreprises pour communiquer est le suivant :

  1. Facebook (recommandé par 95% des community managers).
  2. Twitter (74%)
  3. Instagram (60%)
  4. Linkedin
  5. Youtube

La grosse surprise vient de la place de Snapchat, censé être le réseau préféré des jeunes mais seulement classé 7ème par les community managers…  au même niveau que Google+le réseau social de Google que personne n’utilise !

Le réseau social qui affiche la meilleur progression aux yeux des CM est Instagram. Snapchat a fortement grimpé dans les usages mais, apparemment Instagram a gagné “la guerre des stories” qui opposait les deux réseaux : 94% des CM qui publient des « stories » (extraits photos ou videos de votre journée…) l’ont fait sur Instagram contre 27% sur Snapchat. 

Facebook semble se stabiliser au sommet, tandis que Twitter est le seul grand réseau social qui affiche une régression aux yeux des CM. Le petit oiseau bleu, comme le chantait Stromae, est bel et bien en perte de vitesse. Le passage aux 280 caractères le sauvera-t-il

70 millions de photos chaque jour sur Insta

Décolleté plongeant, plage paradisiaque, votre dernier repas : toute photo est bonne à prendre pour avoir plein de likes qui nous montrent combien notre vie est formidable, combien on est aimé ! 

Kylie659x493

L’avènement de l’image dans notre société propulse Instagram comme nouveau réseau social phare chez les jeunes et les célébrités (70 millions de photos postées chaque jour sur ce réseau !!!). Vecteur d’émotion rapide à consommer l’image est beaucoup plus efficace qu’un texte, dans la « guerre de l’attention ». Ca tombe bien : armé de son smartphone, chacun d’entre nous peut s’improviser photographe professionnel !

Surfant sur cette tendance, Instagram et Snapchat comptent déjà respectivement 15 et 11 millions d’usagers en France (contre 16 millions pour Twitter, pourtant apparu cinq ans avant les deux autres et cité à longueur de journées dans les media).

Les sites internet sont morts, vive les applis mobile !

Nous sommes 37 millions de Français à posséder un smartphone. Tout comme l’ordinateur avait supplanté la télévision (avec le streaming, la VOD sur internet, Netflix etc), le smartphone est en passe à son tour de remplacer nos bons vieux PC – ou Macs, pour les plus cools : mails, réseaux sociaux, météo, réservation de billet, on peut désormais tout faire depuis son téléphone ! Conséquence directe : les chiffres de vente de PC sont en baisse depuis 5 ans.

Les applis mobiles comme Instagram ou Snapchat ont une longueur d’avance en termes d’interface, de lisibilité, etc… par rapport à d’autres qui ont initialement été designés pour les ordinateurs. De fait, les réseaux sociaux récents ont un énorme avantage sur les anciens, qui n’ont pas tous pris le virage du mobile avec la même réussite. D’ailleurs, à ce propos, je suis le seul à trouver l’interface mobile de Twitter carrément nulle avec ses tout petit caractères et son fil d’actualités sans fin, à mon sens pas du tout adaptés aux écrans de portables ?

Un effet générationnel ?

Mon cousin de 17 ans est sur Snapchat et Instagram… mais pas sur Facebook et encore moins Twitter. La jeune génération semble délaisser ces deux derniers réseaux, qui sont devenus à l’inverse le terrain de jeu préféré des quadragénaires. On assiste à un glissement générationnel pour ces réseaux, qui se sont beaucoup institutionnalisés et professionnalisés. Puisque les jeunes sont les principaux utilisateurs des réseaux sociaux, qu’ils sont déjà prescripteurs et qu’ils seront les consommateurs les plus puissants, les « ancêtres » ont peut-être du souci à se faire ! 

Cela dit, Facebook reste aujourd’hui la référence des réseaux sociaux, avec 2 milliards d’utilisateurs, dans le monde, soit près du tiers de la planète

Facebook : de réseau social à effet de réseau

Terre590x294

Carte mondiale des interactions des usagers de Facebook

Malgré l’arrivée de nouveaux concurrents évoquée plus haut (attention tout de même, n’oubliez pas qu’Instagram appartient à Facebook depuis en 2012), Facebook profite de son ancienneté et de sa position de leader. C’est ce qu’on appelle l’effet de réseau : l’utilité et la force d’un produit web dépend de son nombre d’utilisateurs. On est sur Facebook parce que tout le monde – ou presque – est sur Facebook. 

Facebook est une extension de la vie « réelle » aujourd’hui, on y organise sa vie : plus besoin de connaître les dates d’anniversaire de nos amis ou même de notre famille, groupes pour échanger sur un sujet d’intérêt, « évènement » pour pour organiser un anniversaire ou en savoir plus sur un concert… Facebook est devenu une institution qui régit nos vies. D’ailleurs, quand je sors en soirée et que je drague une fille, je ne lui demande plus son numéro mais son Facebook ! Alors c’est pas pour tout de suite que je m’en désabonnerai, tant pis si ça pullule de quarantenaires 😉

Facebook nouvelle télé du web ? Nouvelle télé tout court ?

Le réseau de Mark Zuckerberg est en train d’opérer un virage stratégique. A l’instar des autres géants du net (Google et Amazon), Facebook veut dépasser sa fonction d’origine et prétend aujourd’hui être la nouvelle télé du net et, à terme, la nouvelle télé tout court. Le réseau dope à fond les « Facebook Lives » et les vidéos hébergées directement chez lui (à la différence des liens vers Youtube, son concurrent, ou un autre réseau dédié à la vidéo). Les medias d’info (comme Brut, qui cartonne en n’étant présent que sur les réseaux sociaux, sans site web), les hommes politiques, les humoristes, tous ont saisi l’importance des lives et des vidéos.

En poussant un peu plus loin la comparaison avec Youtube, les jeunes stars du web d’hier, les Youtubeurs comme Norman ou Cyprien (9 et 11 millions d’abonnés sur YT), sont aujourd’hui concurrencés par les stars de Facebook Will Aime ou El Hadj (4,5 et 1 millions d’abonnés), dont les vidéos, publiées exclusivement sur ce réseau, cumulent des millions de vues. D’ailleurs, lors du sondage effectué par le blog du modérateur, 93% des CM qui publient des vidéos le font sur Facebook contre 74% sur Youtube (qui en est pourtant spécialiste) ! Attention cependant : Twitter semble, aux Etats-Unis, suivre une tendance bien plus favorable que Facebook sur la video ces derniers temps.

Snapchat = Google+, sérieusement ?

Les réseaux sociaux sont devenus un enjeu majeur pour la communication des entreprises : elles veulent aller trouver leurs cibles là où elles sont – alors qu’hier il s’agissait de les amener à elles. Un réseau social, au sens large, est un groupement qui a du sens (famille, groupe d’amis, communauté), un agencement de lien entre individus et/ou organisation. Pour les marques, il s’agit donc avant tout de tisser des liens entre elles et leurs parties prenantes (clients, prospects, salariés, actionnaires le cas échéant…). Et, pour cela, il faut s’adresser à elles dans un langage qu’elles comprennent, avec des codes qui sont les leurs. Comment comprendre, alors, pourquoi que les community managers accordent autant d’importance à Google+ qu’à Snapchat ? 

Nous avons demandé une explication aux animateurs du blog du modérateur. Réponses :

 

A ma droite Snapchat, une des applications les plus en vogue chez les 15 – 24 ans, cible privilégiée des marques. A ma gauche Google +, que personne n’utilise sauf quelques cadres qui ont du temps à perdre. Et pourtant, les CM français utilisent autant les deux réseaux. Les marques ont-elles vraiment envie d’aller chercher leurs cibles sur leur terrain ? Ou continuent-elles, malgré un social relifting, à faire de la com’ à la papa, en parlant leur langue à elles, sur leur terrain à elles, sans se préoccuper de la segmentation de la société en communautés ?

________________
Pour en savoir plus sur les Millenials, lisez notre dernier article sur le sujet :
 
Pour  découvrir comment les marques s’adaptent aux nouvelles générations, lisez notre billet :