Un derby enflammé, une victoire éclatante sur les terres du rival historique, une célébration-provocation maillot brandi face aux supporters ennemis. Ce geste de Nabil Fekir célébrant le but du 5–0, a provoqué l’ire des supporters stéphanois, qui ont envahi le terrain du stade Geoffroy Guichard. A la Une de L’équipe d’hier, et dans la bouche de bien des commentateurs, “ce geste de Nabil Fekir a gâché l’ambiance” du match.

fekir équipe

De nombreux twittos ont vivement désapprouvé l’attitude du joueur lyonnais.

Le football est un divertissement, un spectacle. Et qu’est-ce qu’un spectacle sans passion ? D’autant plus lorsqu’il s’agit d’une des rivalités les plus anciennes et les plus animées de notre championnat de France. Ce genre de provocation fait l’histoire d’un derby et alimente la ferveur autour de ce match. Les équipes de Canal+, qui ont communiqué toute la semaine sur ce derby bouillant, ont été les premiers à condamner l’attitude de joueur… Quelle est la logique ?

Fekir n’est pas le premier à célébrer un but de cette façon. Lors du Clasico Real-Barça au stade Bernabeu le 24 avril 2017, Lionel Messi donne la victoire aux siens dans le temps additionnel (2-3). Il court vers le public madrilène, enlève son maillot et le brandit fièrement face aux supporters rivaux. La presse sportive crie au génie et encense l’argentin. Deux poids deux mesures ?

Messi620x682

En gros, quand c’est Messi qui le fait c’est un héros, quand c’est Nabil Fekir, joueur français d’origine maghrébine, c’est une racaille ? C’est ce que certains tweets laissent penser…

En France, dès qu’un rebeu a un comportement limite,  une partie de la population se lève pour le dégommer. Ces tweets révèlent les fractures de notre société. On qualifie un comportement non pas en fonction du geste, mais en fonction de la communauté d’origine de son auteur.« On ne voit pas les choses telles qu’elles sont, on voit les choses telles que nous sommes. » Youssoupha.

D’après nous, qui voulons croire que les Hommes ne sont pas des veaux, la vraie question soulevée par la célébration de Fekir est : comment les supporters stéphanois ont-ils pu envahir le terrain aussi facilement, après avoir déjà pourri une partie du match avec leurs jets de fumigène sur la pelouse ? Pourquoi tant de commentateurs les dédouanent de toute responsabilité, comme s’ils étaient des enfants, pour charger Fékir ? 

Dimanche soir, les comportements les plus répréhensibles étaient en tribune, pas sur le terrain, où le spectacle fut magnifique – pour les Lyonnais et les amoureux du foot en tous cas. Merci Nabil d’avoir mis le feu !

_____________

Un exemple de clash communautaire ? Lisez notre article sur la polémique entre le jeune rappeur Vald et l’animateur TV royaliste Thierry Ardisson :