Entre Trump le fou furieux des tweetclashes, Johnny parti, la France qui élit le président le plus jeune de son histoire républicaine et les porcs qui tombent les uns après les autres à coups de hashtags, l’année 2017 a connu son lot d’étincelles. Après nos prophéties 2018, panorama des transformations de nos sociétés en 11 dates-clés, un coup de rétroviseur avec beaucoup de réseaux sociaux, de communication, de mobilisations et de communautés dedans. Puis un cadeau, pour toi lecteur qu’on aime : les 11 personnalités, ou couples, à suivre pour vivre avec ton temps en 2018.

Les règles de bienséance veulent qu’on a jusqu’au 31 janvier pour adresser ses voeux de nouvelle année. Alors voilà, enfin : heureuse année à vous !

Ca devient la norme dans nos sociétés et économies qui se numérisent et font la course permanente à l’innovation : l’année qui s’ouvre va, on vous le parie, voir des révolutions, disruptions et uberisations annoncées chaque jour. Celle qui vient de se fermer a été sacrément riche en la matière : voici 11 dates-clés qui, selon nous, sont de grands révélateurs du bouleversement de la tectonique des plaques qui façonne notre vivre-ensemble, en France et dans le monde.

20 janvier 2017 : investiture de Donald Trump

Le très controversé président des Etats-Unis d’Amérique prend officiellement ses fonctions après son élection au mois de novembre 2016. Il n’aura de cesse de créer la polémique tout au long de l’année 2017.

 

L’arme préférée du magnat de l’immobilier : Twitter, avec ses clashs et insultes quotidiens. Chaud bouillant, Donald vient même de titiller Jay-Z, la star mondiale du ghetto, sur son terrain et devant la planète entière.

Make Tweet Trump 8 Again - Jay Z

(Tweet généré avec la rigolote extension Chrome « Make Trump’s tweets 8 again ». Potus chez le petit oiseau a inspiré bien d’autres sarcasmes avec lesquels vous pourrez vous amuser comme des petits fous.)

Prochaine étape, une guerre mondiale déclenchée par un tweet ? Plus probable, on espère : un duel face à Mark Zuckerberg en 2020. Facebook contre Twitter, le pouce levé contre le petit oiseau, deux multimilliardaires de bleu vêtus… On a hâte. Ou pas.

14 mars : Fillon en prison. Ou presque. 

Là encore, c’est un tweet – en pleine galette des rois – qui a tout déclenché. Après les révélations du Canard Enchaîné plus tôt dans l’année, François Fillon est officiellement mis en examen par le parquet de Paris dans l’affaire des emplois fictifs de sa femme Pénélope. Cette affaire marquera de son empreinte une campagne présidentielle rocambolesque, et déroulera le tapis rouge à l’élection de Macron. Les affaires, d’ailleurs, elles auront aussi la peau de François Bayrou, soutien opportuniste d’Emmanuel Macron, Monsieur Propre de la politique et éphémère ministre de la Justice en charge de la moralisation de la vie publique, qui retombe lourdement de l’estrade sur laquelle il avait réussi à remonter.

Entre les tweets du Canard Enchaîné la veille au soir de la publication de ses articles, ceux qui paraissent louches de Rachida Dati, et ceux qui, exhumés, mettent François Fillon le nez dans son caca, le petit oiseau joue là encore un rôle décisif dans la vie de la cité. Tout gazouillis pourra être retenu contre vous.

L’affaire a incité BFM TV à se mettre au documentaire pour révéler aux Français Qui a tué François Fillon. Le contenu de cette enquête est lui aussi très révélateur du journalisme infotainment : on n’y apprend rien de décisif qu’on ne savait déjà (on ne nous dit pas d’où est parti le premier coup – fatal, en fait, car il lance l’engrenage infernal pour le candidat Les Républicains). Il nous apporte juste, avec beaucoup de roulements de tambours, des confirmations : l’insupportable gouffre entre les paroles et les actes de François Fillon, combien la vengeance – voire la vendetta – est décisive en politique et le PSG sacré pour Sarko.

7 mai : Jupiter à l’Elysée

A seulement 39 ans, Emmanuel Macron devient le 8ème et plus jeune Président de la Vème République. Au second tour, il bat Marine Le Pen avec près de 2/3 des suffrages. La candidate FN s’était lourdement vautrée lors du débat, alors que Macron avait su utiliser à parfaitement les ressorts de la modernité : recours aux datas à la pelle, Facebook lives archi maîtrisés, bienveillance mise en scène, « et en même temps » pour présenter le clivage droite / gauche comme un vestige du passé…

Une fois élu, Le Président de la République devient Jupiter, et il reprend la main sur les medias. Le contraste est fort avec un Sarkozy gesticulant pour les nourrir quotidiennement, quand Hollande jouait au copain.

Macron élu, c’est aussi l’apparition de nouveaux talents politiques. Outre le nouveau Président de la République, manifestement brillant, citons le mathématicien Cédric Vilani, un OVNI en politique, ou encore François Ruffin et son sens de la formule et le ch’ti Adrien Quatennens, chez des Insoumis rompus aux usages des réseaux sociaux.

1er juin : Trump dénonce l’accord de Paris

Le Président des Etats-Unis retire la signature américaine de l’accord de Paris pour le climat, signé en 2015. Cette décision choque. Elle permet à d’autres de s’acheter une auréole verte pour pas cher du tout : en 2017, les communautés s’engagent pour la planète, au contraire des Etats.

 

8 juin : la championne du Brexit désavouée

Theresa May perd sa majorité absolue au Parlement à l’issue des élections législatives en Grande-Bretagne. Ironie du sort, c’est elle qui avait convoqué ces élections anticipées – étant sûre d’accroître son avance sur le parti des Travaillistes (coucou Villepin !). Le Brexit serait-il déjà une désillusion avant même d’entrer en vigueur ?

30 juin : mort de Simone Veil

Rescapée d’Auschwitz, ancienne ministre de la Santé, Simone Veil décède à l’âge de 89 ans. Cette femme politique française restera célèbre pour sa lutte pour les droits des femmes, marquée par la légalisation de l’avortement en 1975, et un sens indiscutable de l’intérêt général. Une image au-dessus des partis, le dernier personnage gaullien en somme. Le 30 juin, le 20ème siècle enterre l’une de ses plus belles représentantes françaises.

Simone Veil

9 juillet : l’armée irakienne boute Daesh hors de Mossoul

Au terme de 9 mois de combats, l’armée irakienne libère la ville de Mossoul de l’emprise de l’Etat Islamique. Cette victoire, longue à se dessiner, symbolise l’enlisement de la guerre contre l’Etat Islamique au Moyen-Orient. Et l’Etat islamique, c’est la plaie la plus visible du monde occidental.

3 août : signature de Neymar au PSG, Paris ville lumière

En plein été, le Paris Saint-Germain secoue la planète du ballon rond en arrachant la signature du brésilien Neymar au Barca. Cette signature, contre un chèque record de 222 millions d’euros, intervient au terme d’un feuilleton qui aura tenu le monde du football en émoi tout l’été.

Neymar Tour Eiffel

Quelques jours plus tard, c’est le plus grand talent de l’histoire du foot français, Kylian M’Bappé, qui rejoint le club de la capitale.

M’Bappé-Neymar, la star locale et l’étoile globale dans la même équipe. Avec les fonds qataris, Paris réunit le béton du Parc des Princes et les illuminations de la Tour Eiffel. Ce début d’année 2018 émet quelques doutes sur l’épanouissement du facétieux Brésilien au sein d’un championnat rude qui se joue souvent sur des champs de patates.

 1er octobre : la Catalogne vote son indépendance, les communautés au pouvoir

La région autonome de Catalogne organise un referendum sur son indépendance, sans l’accord de l’Etat espagnol. Avec un taux de participation de 42%, le “oui” l’emporte à 90%. Le référendum sera invalidé par l’Etat deux semaines plus tard. Cependant, cet événement prouve que les communautés prennent de plus en plus de place en Europe, Ecosse, Catalogne, les revendications régionales agitent l’Europe.

5 octobre : #ChacuneChercheSonWeinstein

#Metoo, communautés

Le New York Times publie une série d’accusations de harcèlement sexuel à l’encontre du puissant producteur de cinéma américain Harvey Weinstein. Cette affaire déliera beaucoup de langue et mènera aux mouvement mondial #metoo, décliné en chasse au crevard – ou pire – avec #balancetonporc en France. Depuis, #balanceton… est devenu un gimmick du web.

5 décembre : Ah que Johnny, c’est fini

L’immense star de la chanson française, Johnny Hallyday, décède le 5 décembre à l’âge de 74 ans des suites d’un cancer. Hommage national pour ses obsèques. Un peu comme ceux qui ne sont pas Charlie sont suspects de collaboration avec l’ennemi, ne pas se joindre au concert de pleurs, pour le départ de celui qui incarnait les Trente Glorieuses à lui tout seul, semble perçu comme un rejet de notre identité nationale. L’occasion pour certains d’afficher, avec talent, leur préférence pour les étoiles globales :

« David Bowie, était un chanteur planétaire, Johnny, une histoire française. De tels hommages grandiloquents à une figure — certes légendaire — de l’amusement populaire sont le syndrome d’un petit pays, ancien Empire colonial en mal de réconfort. » Alexis Poulin

Choisissez votre camp. Ou pas.

Bonus : 11 personnalités à suivre en 2018

  • Laurent Alexandre – Le fondateur de Doctissimo insiste tous les jours : préparons-nous à l’arrivée de l’intelligence artificielle dans le quotidien de nos sociétés, ou elle nous bouffera, nous et les communautés.
  • Anthony Babkine – Le directeur général adjoint de TBWA Corporate a grandi dans les quartiers populaires, il a été aidé pour arriver là où il est arrivé, alors il s’engage, en ayant lancé notamment les Diversidays, coup de projecteur sur les talents numériques « de la diversité » dont la France a tant besoin mais qui ne sait pas (encore ?) vraiment les exploiter – dans le bon sens du terme.
  • Eugénie Bastié et Laurent Bouvet – Journaliste d’une part, professeur des Universités d’autre part, ces deux personnages montrent que le communautarisme et les « anxiétés identitaires » chère à notre spécialité, le branding culturel, ne sont pas réservés aux minorités, ni à l’extrême-droite.
  • Nassira El-Moaddem – L’autre versant des dynamiques identitaires. La journaliste a pris la tête d’un Bondy Blog, hier témoin, aujourd’hui de plus en plus militant.
  • Wajdi Mouawad – L’auteur de « Tous des Oiseaux » a écrit et mis en scène la pièce la plus puissante de l’Histoire sur les déchirements – et recompositions – identitaires.
  • Michel-Edouard Leclerc et Thomas Pocher — L’emblématique visage des centres Leclerc est au taquet de Facebook, Instagram et LinkedIn, malgré ses 65 ans. Frais. Quant à Thomas Pocher, acharné de la lutte antigaspi, il est en train de réinventer la grande distribution — en lançant notamment des drives piétons E. Leclerc qui cartonnent.
  • Neymar – What else ?
  • Thomas Meunier – Un footballeur intelligent et franc. Et qui a le bon goût de ne marquer que des buts sublimes.
  • Certe Mathurin – Parce qu’il a un talent fou et qu’il est aussi drôle qu’intelligent, engagé et généreux. En plus, vous le verrez bientôt dans une voiture conduite par com&unity pour parler identité et communautés – ou plutôt les refuser.
  • Antoine Zervudacki et Let’s Make – Ancien pubard chez BETC Euro RSCG et Havas notamment, Antoine Zervudacki a fondé la méthodologie « Humanetrics » pour booster la valorisation du capital humain, des richesses humaines quel que soit leur niveau hiérarchique dans l’entreprise. On aime. Et on l’aime.
  • Thierry Keller et Arnaud Zegiermann – Le directeur de la rédaction d’Usbek et Rica et le cofondateur de l’institut Viavoice ont commis Ce qui nous rassemble, diagnostic et propositions pour renouveler le pacte social français. Vital. 2018, l’année où on prendra les communautés en compte ?